Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/09/2006

Privatisation GDF: Dupont-Aignan dénonce "une erreur politique majeure"

medium_nda02.4.jpgPARIS, 6 sept 2006 (AFP) - Nicolas Dupont-Aignan , député UMP et candidat à l'élection présidentielle, a écrit aux parlementaires de la majorité pour dénoncer dans le projet de privatisation de GDF "une erreur politique majeure", à la veille du début de l'examen du texte à l'Assemblée.

"Ce projet est profondément contraire à l'intérêt national et, en conséquence, je le combattrai", écrit le député de l'Essonne, également président du club Debout la République, dans une lettre dont l'AFP a obtenu une copie mercredi.

Selon M. Dupont-Aignan , "le vote de cette loi déstabiliserait le secteur énergétique français, l'un de nos rares atouts dans la compétition économique européenne et mondiale".

Par ailleurs, lors d'une conférence de presse, le député UMP a demandé au président Jacques Chirac de suspendre le débat jusqu'au lendemain de la présidentielle.

Dans sa lettre aux députés UMP, il a rappelé que Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy s'étaient engagés à ce que GDF reste dans le giron de l'Etat, il estime qu'"à quelques mois seulement des échéances cruciales de 2007 (...) ce virage à 180°, tant du gouvernement que du président de l'UMP, est préjudiciable à la majorité tout entière".

De plus, selon le député, loin de sauver Suez d'une OPA italienne, "c'est désormais GDF et Suez qui pourraient faire l'objet d'une OPA.

M. Dupont-Aignan estime également que la privatisation de GDF laisse "la porte grande ouverte au démantèlement final du service public de l'énergie à la française".

"Cette privatisation introduit trois menaces majeures", écrit-il: "la Nation privée d'une ressource accessible à tous et bon-marché", "l'affaiblissement d'EDF", puisque "cette privatisation va condamner les services communs de distribution d'EDF/GDF", et "une menace pour l'indépendance énergétique de la France".

Il "plaide pour la création d'un acteur puissant EDF/GDF, capable de s'imposer face à EON, le géant allemand de l'életricité et du gaz".