Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/03/2007

Sarkozy se place sous l'ombre portée de Philippe Séguin

Philippe Séguin est de retour. Pas en chair en os, le premier président de la Cours des comptes est tenu de par sa fonction à la discrétion. Mais jamais le candidat de l'UMP, en meeting devant plus de 10 000 personnes, mercredi 28 mars à Lille, n'avait autant fait référence à « l'autre politique » popularisée par l'ancien président du RPR. Et au risque de froisser Edouard Balladur, qui ne peut souffrir cette expression. Nicolas Sarkozy a fait le compte des avantages et des inconvénients : c'est vers le contempteur du « Munich social » qu'il se tourne pour redonner du tonus à sa campagne.

Ecrit par Henri Guaino, qui fut le plus fidèle des séguinistes et qui reste encore comme orphelin de l'ancien président de l'Assemblée nationale, le discours prononcé par M. Sarkozy s'est voulu d'abord un appel aux Français à « renoncer au renoncement », à « s'extraire du carcan de la pensée unique qui est une idéologie de l'impuissance publique », à se défier des élites qui ont renoncé « à vou loir pour la France autre chose qu'un petit destin ».

Pour combattre l'euro fort ? « Une autre politique ». Pour relancer la politique industrielle ? « Une autre politique ». Pour sauvegarder le « capitalisme familial » ? « Une autre politique ». Pour lutter contre la désertification « des territoires ruraux » ? « Une autre politique », vous dis-je. Puis M. Sarkozy, invitant les militants à se mettre debout à la fin de son discours, leur a demandé de dire « non », « comme l'ont toujours fait ceux qui croyaient encore à la liberté de choi sir leur destin ».

Commencée avec des accents libéraux que n'aurait pas reniés Alain Madelin, la campagne de l'ancien ministre de l'intérieur prend des désormais le ton ombrageux de Philippe Séguin. Ce n'est pas un hasard.

Le premier comme le second furent les soutiens, en 1995, de Jacques Chirac. Tous deux furent les artisans de sa qualification - de justesse - au second tour, et de sa victoire finale. Une différence subsiste, M. Sarkozy est obligé, lui, d'interpréter tour à tour, et selon ses intuitions tactiques, tous les rôles. Il connaît son texte au rasoir...

 

Philippe Ridet

© Le Monde

Les commentaires sont fermés.